Aller au contenu

Révèle-toi avec l’Autoédition : Interview de Louise Retailleau

L’autoédition est une des manières de se révéler et de se relever après une période difficile. Louise Retailleau est une athlète du CrossFit, mais pas seulement. Cette auteure autoéditée a fait appel à mes services en 2023. Elle te raconte son aventure de la Co-Autoédition et te parle de son premier livre autoédité « Révèle-toi à travers ta discipline ».

 

 

Tu peux, au choix, regarder la vidéo de l’Interview, ou lire sa retranscription écrite ci-dessous. 

Regarder l'Interview en vidéo.

Lire la retranscription de l'Interview

Delphine Leclerc : une auteure autoéditée dynamique et motivée

Louise est une auteure autoéditée dynamique et motivée et aujourd’hui elle te parle de son expérience de la Co-Autoédition lors de la sortie de son livre « Révèle-toi à travers ta discipline » que j’ai ici…

Qui suis-je pour questionner Louise Retailleau ?

Bonjour, je suis Émilie VARRIER, je soutiens les auteurs autoédités depuis 2018. Dans ces vidéos les auteurs avec qui j’ai collaboré te racontent leur expérience et leur parcours.

Le début de l'aventure de l'autoédition pour Louise Retailleau

Emilie (E.)

Alors bonjour Louise, comment vas-tu ?

Louise (L.)
Bonjour ça va et toi ?

E.
Très bien, je suis très très contente de t’accueillir sur ma chaîne Youtube.
Tu as donc Co-Autoédité « Révèle-toi à travers ta discipline « , c’était déjà en août 2023, le temps passe vite. Est-ce qu’il s’agit de ton premier livre ?

D.
Oui oui oui c’est mon premier, le tout premier. J’ai jamais écrit de livre avant je me suis dit un jour tiens je vais écrire un livre donc le premier oui .

E.
Le voilà arrivé. Donc du coup tu n’avais jamais autoédité avant puisque c’est ton premier livre. Comment évaluerais-tu ton niveau de connaissance de l’autoédition avant de me rencontrer ?

L.
C’était assez flou à vrai dire parce que comme l’envie d’écrire ça m’est arrivé un petit peu du jour au lendemain sans prévenir, j’ai commencé à me renseigner un petit peu sur internet. Je ne connaissais pas le monde de l’édition clairement donc j’ai fait plusieurs recherches je suis tombée sur un site qui m’a expliqué les trois manières d’éditer un livre.

Les pensées d'une femme qui hésite entre l'autoédition et l'édition ou l'alternative idéale
Autoédition ou édition traditionnelle : le comparatif pour mieux choisir

Dans cet article, je t’explique brièvement en quoi consiste chaque type d’édition, puis ce qui les différencie principalement. Le cœur de cet article se trouve dans le comparatif où tu trouveras les avantages et les inconvénients de chacune des solutions.

Donc les éditeurs classiques, les éditions à compte d’auteur et l’autoédition. C’est comme ça que je suis tombée sur ton site d’ailleurs c’est un site qui présentait les pour et les contre, donc je trouvais ça super intéressant parce que du coup j’ai fait un comparatif sur les trois manières d’éditer. Et comme moi je n’avais pas aussi, en toute honnêteté, de réponse d’éditeur parce que j’avais déjà envoyé mon livre, je me suis dit comme j’ai vraiment envie de le sortir. Pourquoi ne pas passer par l’autoédition pour le premier. Je trouve que c’est une bonne alternative. Et quand je voyais tous les avantages, je me suis dit que finalement ce n’était pas si mal.

E.
Tu t’es quand même posé la question de l’édition classique avant, même si tu n’avais pas eu de réponse des éditeurs, finalement l’autoédition ça te plaisait.

L.
Oui parce plus j’en plus je me suis renseigné sur l’autoédition plus je voyais les avantages et les inconvénients des maisons d’édition plus je me disais, bon même si j’ai des réponses, je vais peut-être passer par l’autoédition quand même. Parce que ça me semble être quand même un peu plus avantageux. Après je savais qu’il fallait, comme je n’ai pas de réseau à la base, je n’ai pas un réseau très développé, que j’aurais un gros travail derrière à faire de la promotion moi-même. Mais ça, ça ne me faisait pas peur honnêtement. Tout à fait, la création d’une communauté de lecteur ça permet de vendre les livres et effectivement quand on part de zéro c’est plus difficile. Je suis contente de t’entendre dire que sans connaître en tout cas l’autoédition ça semblait plus avantageux c’est effectivement mon point de vue aussi.

E.
Alors lors de notre premier entretien téléphonique tu m’avais dit, effectivement, avoir choisi l’autoédition et avoir découvert mon site en faisant des recherches sur internet. Maintenant que tu avais choisi l’autoédition, qu’est-ce qui t’a poussé à plutôt choisir ma méthode c’est-à-dire la Co-Autoédition et donc du coup à travailler avec moi ?

L.
C’est que je trouvais que c’était rassurant comme c’est un milieu qu’on ne connaît pas, enfin moi je ne connaissais pas du tout. Je ne savais pas les démarches administratives qu’il fallait faire pour moi. J’avais juste écrit le livre et puis ça s’arrêtait là quoi. Donc il me fallait quelqu’un vraiment qui m’accompagne du début à la fin. Quand on a discuté, quand tu m’as expliqué toutes les démarches qu’il y avait, moi je n’y attendais pas je me suis dit : « ah oui d’accord ça a l’air compliqué ! » Tu m’as beaucoup rassuré en me disant voilà que tu serais présente. E surtout il y avait des échanges très réactifs entre nous. Enfin voilà je savais que quand j’avais une question, un besoin, même après quand notre collaboration s’est terminée, tu as toujours été présente. Et ça, ça m’a ça m’a rassuré. Ton site il est bien fait, ça explique bien. J’ai regardé les avis aussi, il ne faut pas se leurrer. J’ai regardé les avis.

E.
C’est normal c’est plus raisonnable d’ailleurs de le faire, peu importe avec qui on passe, c’est une très bonne idée.

L.
Complètement. Et puis c’est surtout parce que moi je crois beaucoup en la petite voix intérieure et l’intuition. Pour moi il n’y avait pas de raison que ça ne se passe pas bien. En fait c’est comme si j’avais l’impression de travailler finalement avec une éditrice quoi. Moi en tout cas c’est le c’est un petit peu le le sentiment que ça m’a fait parce que j’ai senti que le travail il était collaboratif et puis ça amené à la fabrication du livre donc c’était super.

E.
Oui, on travaille vraiment ensemble dans la création du livre. Tu n’es pas mise de côté et ce n’est pas moi qui gère tout. Mais en même temps, j’ai ce point de vue quand même professionnel et ce savoir que, c’est normal tu n’as pas, puisque tu n’avais jamais autoédité. Tu as bien fait de dire « voilà tu écris livre et puis après faut se lancer dans le bain » et en général quand tu écris on ne pense pas… une fois qu’on a terminé, on se dit : « mais qu’est-ce qui se passe après ? » Et c’est là qu’un retour professionnel c’est quand même rassurant. C’est important puisque c’est ce dont en général les auteurs qui débutent ont besoin. Du coup nous avons opté pour l’autoédition sur Amazon KDP. Est-ce que tu te souviens pourquoi on avait choisi ça ?

L.
Parce qu’il y a beaucoup d’autres plateformes. Alors Amazon KDP parce qu’il y avait aussi possibilité de s’inscrire sur la liste Kindle, pour avoir le livre, pour qu’il soit disponible pour les abonnés Kindle.

E.
Oui, le programme KDP select.

L.

Alors finalement moi ça ne m’a pas forcément apporté beaucoup. Donc j’ai décoché la petite case de l’abonnement de 3 mois.

 

E.
Juste un petit aparté du coup, ça veut dire que tu as été rémunéré à la page lue, mais ça, tu penses qu’au niveau des chiffres ça ne t’a pas aidé.

 

L.

Non, j’ai eu une personne qui a lu, je crois parce que c’est en nombre de pages. Donc je crois que j’ai eu une seule personne, je crois, qui a lu sur KDP. Donc du coup je me suis dit que ça ne valait pas le coup de rester là-dessus parce qu’en plus on est obligé être un contrat exclusif sur les ebooks Et moi je me suis dit je préfère me libérer de ça parce que ça ne m’apporte rien, au cas où on ne sait jamais. Et puis Amazon, le choix d’Amazon, c’est aussi parce que, c’est hyper rapide. C’est une impression à l’unité, le coût aussi pour l’auteur il est vraiment très bas. C’est vrai que moi quand je vais acheter un livre je peux en acheter qu’un seul en tant qu’auteur au coût d’impression donc je trouve que ça quand même… il y a beaucoup de gens qui sont contre Amazon, mais finalement je trouve qu’Amazon c’est quand même pas mal. Même en termes de rémunération auteur on est on n’est pas à 50 %, mais presque quoi. Donc moi je suis très contente. En plus il paye vraiment, voilà c’est carré au niveau du paiement, au niveau des comptes. Il y a la plateforme qui est bien faite, je peux suivre en direct les ventes que je fais. Donc moi je suis vraiment très contente d’Amazon. Si c’était, même là pour l’instant je vends que par Amazon. J’ai essayé un autre site d’ailleurs, je t’en parlerai si jamais tu me poses la question. Et ça a pas du tout fait le même rendu en termes d’impression.

 

E.

Mais parce qu’ils n’ont pas forcément un algorithme. Amazon c’est vraiment le seul qui met à disposition des auteurs son carnet d’adresses finalement. Et tous ses clients. Du coup ils te prêtent presque tous ses clients et voir même ils proposent ton livre à ses clients. Et ça les autres plateformes, sauf si on connaît la plateforme, et donc en fait si on connaît ton livre, on te connaît, et bien on ne va pas venir acheter. Donc c’est à toi de vendre chacun de tes livres. Amazon tu vends les premiers et normalement l’effet boule de neige peut permettre de vendre parfois juste les pages lues de l’ebook ou alors effectivement les livres papier qui là se vend de plus en plus de plus en plus. Ou alors effectivement, ça peut quand même ralentir, mais dans tous les cas le début, Amazon te lance en fait. Et ça les autres plateformes, en tout cas à ma connaissance, il n’y en a pas d’autres qui sont ainsi. C’est bien, tu as très bien présenté les avantages qui sont importants pour les auteurs. Donc merci, c’est très intéressant.

 

L.

 Il n’y a pas de quoi. Je casse un peu l’image d’Amazon négative. Parce qu’il y a des gens qui ne veulent pas acheter par Amazon, ils m’ont dit hein… J’essaie de trouver une autre solution pour ça, je ne l’ai pas encore trouvé.

Une femme réfléchît en regardant des panneaux pour le comparatif des plateformes d’autoédition
Comparatif des plateformes d’autoédition : Amazon, Librinova, BoD…

Dans cet artice, je te parle des principales plateformes d’autoédition (Amazon, TheBookEditon, Bookelis, BoD, Librinova, Publishroom Factory).

Mais je les rassure en leur disant, parce qu’ils ont toujours peur en fait, qu’ils ne nous donnent rien en retour en termes de rémunération, de vente. Et moi je leur explique, non c’est plus qu’avec une maison d’édition classique. Mais oui, en fait, c’est l’inverse.

 

E.

Ah c’est intéressant que certaines personnes pensent ça. Comme quoi c’est l’ignorance qui fait peur puisqu’au contraire, Amazon c’est de ceux qui donnent le plus, qui rémunère le plus. Oui du coup ça nous a pris environ 2 mois pour publier ton livre. Alors tu m’as confié la mise en page, la création de la couverture. Je la montre puisqu’il y a ta super, une de tes superbes illustrations en couverture. On a aussi fait certaines étapes de légalisation, notamment la demande d’ISBN, le dépôt légal, qui est bien sûr obligatoire, et puis bien sûr la publication sur Amazon KDP. Ça ne se voit pas en soi Amazon, c’est juste imprimé, puisque c’est juste une impression à la demande. C’est juste écrit dans une petite mention à la fin, écrit en tout tout tout tout tout tout tout petit. Il faut vraiment le savoir. Et d’ailleurs c’est imprimé maintenant en Italie, ça c’est génial.

On a publié ton livre en brochet et en ebook puisqu’on en a parlé. Comment est-ce que tu as vécu ces étapes un petit peu plus en en détail ?

 

L.

C’était une attente un peu l’excitation, forcément.

La mise en page comme on a travaillé ensemble ça a été assez rapide parce que moi je savais exactement ce que je voulais. Toutes les propositions que tu m’as faites pour la couverture même la mise en page. Moi voilà dans ma tête c’était tellement clair que je n’ai pas mis 20 ans à me décider. Je savais exactement le format que je voulais. Après il y avait le type de page, etc., ça je ne savais pas, je découvrais en fait. Finalement la toute première version qu’on a faite, moi c’était celle qui m’allait. Ça a pris quelques semaines, je trouve que ça a été rapide parce que je savais quand je voulais sortir le livre. En fait à la base je voulais le sortir à la rentrée. Sauf qu’on l’a réavancé d’un mois. Et d’ailleurs tu as été très réactive à ce sujet parce en même temps je faisais un article dans un magazine de CrossFit. Donc je voulais que ça concorde au niveau de la sortie.

 

E.

Et on a réussi !

 

L.

Voilà, on a réussi.

 

E.

Je faire un petit ajout, c’est que ton livre il a quand même un format spécial. Ici c’est ce qui ressemble un peu au format A5 chez Amazon, ce n’est jamais aussi simple. Mais là on a fait un format un peu particulier, c’est du A4. Donc on voit la taille elle est quand même immense. C’est un peu original et très sympa. Ça surprend tout le monde. Oui j’imagine les lecteurs qui le reçoivent chez eux.

L.

Oui, ils me disent : « ah, mais je ne m’attendais pas un livre aussi grand ! » Et je leur explique. Et j’ai vu que c’était le format que Léonard de Vinci aimait. Je ne sais plus, enfin j’ai vu un truc comme ça. Parce qu’il y a l’idée aussi du côté artistique. Moi comme du coup j’ai des dessins dedans je voulais un grand format pour mettre au maximum les dessins en valeur. J’en prends par hasard donc vraiment on a le l’illustration en très grande puisque c’est très important pour ce livre. C’est d’ailleurs le point positif que je reçois sur le livre c’est les illustrations et les témoignages. Ça fait la différence aussi.

Après mis à part la mise en page. Après on avait choisi une date si je me souviens bien.

 

E.

Il y a eu la couverture qui s’est faite assez facilement quand même puisque c’était ton illustration. Pour le coup c’était assez facile il y avait vraiment qu’à travailler sur le titre on avait fait pas mal de propositions. Tu as juste choisi ce qui te plaisait, ce qui te parlait. On reste dans l’univers…

 

L.

D’ailleurs tu sais que les gens ils lisent, il y en a qui disent « relève-toi » et pas « révèle-toi ». C’est marrant et je leur ai dit, mais en fait le titre « Relève-toi » ça va aussi parce que comme le la personne sur la couverture elle est accroupie, les gens ça les… ils disent « relève-toi ».

 

E.

C’est marrant. Mais le sens n’est pas mauvais effectivement par rapport à ton livre. On va en parler un petit peu plus loin, ça met un peu du suspense sur le « mais de quoi parle ce livre ? », mais c’est intéressant oui. C’est clair.

 

L.

Donc après il y a eu les pré… les réservations. Alors je sais plus comment ça s’appelle. Les préventes là.

 

E.

La précommande de l’ebook.

 

L.

Les précommandes voilà. Donc ça, pendant quelque temps. Moi ça m’a permis de voir un petit peu qui allait les précommander. J’ai pu en parler sur les réseaux sociaux pour commencer à promouvoir la sortie.

 

E.

Tu as senti que ça avait marché ça, la précommande de l’ebook ? Ça a été utile ?

 

L.

Pas trop franchement. Je n’en ai pas eu beaucoup. Les gens en fait ils voulaient l’avoir le format papier pour la plupart. Ils m’ont tous dit : « nous on attend le format papier ».

Un outil simple, clair et efficace pour comprendre l’autoédition, réaliser son rêve en 10 étapes tout en évitant les pièges.

Le livre d’Emilie VARRIER basé sur sa méthode : la Co-Autoédition.

E.

C’est le gros problème de la précommande. La précommande de l’ebook, souvent, on doit en parler à nos proches et nos proches ils ont qu’une hâte c’est d’avoir le livre papier parce que c’est là qu’on se dit « c’est l’auteur, je la connais, je le veux dans les mains ». C’est difficile pour eux de comprendre la précommande c’est important puisque quand ils achètent cet ebook – en plus en général moins cher – c’est pour augmenter la visibilité sur Amazon. Et rien ne les empêchera après d’acheter la version de papier. C’est très difficile de faire comprendre à sa communauté et même à sa famille, à ses parents à ses amis, que c’est vraiment juste de l’aide. Mais quand on a une bonne communauté et qu’on peut faire des visuels en disant : « l’ebook il est moins cher juste pendant une semaine, profitez-en pour le précommander »… C’est là que ça vaut le coup. C’est intéressant pour moi quand il n’y a pas une grosse communauté au début et que les gens ils ne comprennent pas cette histoire de visibilité d’algorithme, ils sont un peu fermés et c’est normal, eux ils veulent le livre. Ils ne comprennent pas. Ça peut être intéressant ou alors ça peut faire effectivement un flop. En tout cas on ne perd pas grand-chose à essayer.

 

L.

Moi ça n’a pas trop marché et je n’ai pas insisté non plus franchement. Moi j’avais peur déjà de saouler les gens, en vrai (RIRE), j’avais peur de saouler les gens avant la sortie. Je me suis dit je préfère miser tout une fois qu’il est sorti plutôt que faire des rappels sur les précommandes. Si je voyais que les gens n’étaient pas réceptifs, je n’insistais pas forcément. Je sais que j’ai eu, dès que le livre est sorti, j’ai eu tout de suite beaucoup de commandes.

Le début, le lancement a fonctionné. Les gens ils savaient que le livre il sortait, mais ils attendaient la version papier, c’est tout.

 

E.

Et au moment de la publication, ça a été pour toi ? Au moment vraiment « c’est bon c’est publié, il est sur Amazon ! »

 

L.

Oui oui oui. Du coup après Amazon envoie des mails quand c’est comme ça. Dès que j’ai eu le lien, j’ai tout de suite partagé le lien sur mes réseaux sociaux. Les gens étaient contents. C’était super, c’est l’aboutissement. Sachant que j’ai reçu quand même, faut le dire. J’ai reçu quand même avant de confirmer, la version test du livre. Dès que j’ai vu que c’était OK, après ça s’est lancé tout de suite. Là j’étais super contente. Et puis il y a pas mal de gens qui l’ont commandé. Forcément au début c’est les proches, etc. Et puis après ça s’est lancé tranquillement.

 

E.

Qu’est-ce que tu as préféré dans cette collaboration et dans cette publication de livre ?

 

L.

Qu’est-ce que j’ai préféré ? L’aboutissement. C’est vrai… C’est de savoir que ça y est ça menait vraiment… ce qu’on peut toucher dans les mains. Ça c’est ce que j’ai préféré. Quand tout a abouti. Je trouve que c’est passé vite. Je n’ai pas vu le temps passer sur les quelques mois qu’on a travaillé ensemble.

 

E.

Est-ce qu’il y a quelque chose que tu aurais préféré qui ne s’est pas fait ?

 

L.

Non, pour moi tout s’est bien passé franchement. Je n’ai rien à dire. Non non. C’était fluide. Je savais ce que je voulais donc je pense que quand c’est clair dans notre tête c’est plus facile aussi. Quand on ne sait pas trop où on va peut-être ça prend plus de temps, je ne sais pas. Moi ce n’était pas le cas. Je savais exactement ce que je voulais, il fallait que je le sorte à ce moment-là. Il y avait une espèce de petite voix dans ma tête qui qui me disait : »voilà c’est le bon moment va-y ! » Du coup tout était fluide et tu es tombée au bon moment de ma vie. Je n’ai pas trop réfléchi.

 

E.

Ça marche souvent comme ça. Et tu me parlais, qu’après notre collaboration, tu avais été conseillé par une éditrice et donc du coup tu avais envie de retravailler la mise en page. L’avantage c’est que comme je t’envoie le document Word, il y en a même pourtant c’est des illustrations, mais là on avait pu puisque c’est un format A4 assez simple, rester sur Word. Et du coup tu as pu remanipuler toi-même grâce à l’ordinateur, depuis chez toi en fait, tu n’as même pas besoin d’être graphiste. La remanipuler, remettre un ordre différent. Donc ça, je pense que c’est pas mal pour les auteurs, quand on s’autoédite, quand on commence, de ne pas être bloqué avec le professionnel avec qui on a créé le premier livre, parce qu’on a envie de changer d’avis et on a le droit de changer d’avis. Je voulais aussi redonner cette information-là, parce que parfois quand on fait appel à des professionnels, on est bloqué. Si on a des grosses illustrations complexes, c’est normal que le graphiste ne fournisse pas le fichier d’origine. Mais sur Word, c’est ça que je veux vraiment donner et offrir à l’auteur, c’est la possibilité de changer d’avis et de ne pas être obligé de repasser par moi, ne serait-ce que pour une version améliorée, différente, numérique, peu importe.

 

L.

Je m’en suis rendu compte là, ces derniers jours, que j’en ai eu besoin. Et ce qui est bien aussi, c’est que vu que tu envoies tous les fichiers sous différents formats, même les couvertures. Comme moi j’ai opté, pour promouvoir mon livre, pour une campagne de presse, les visuels que tu m’as envoyés, ça m’a servi. Pour les couvertures notamment, pour pouvoir derrière diffuser en fait des communiqués de presse. C’était vraiment pratique d’avoir le format aussi sous PDF. Comme j’ai fait une campagne, je l’ai envoyé à beaucoup de beaucoup de gens. Des journalistes notamment, parce que souvent ils veulent une version. Ils demandent une version. Et du coup je trouve que c’est pratique. J’ai mon petit dossier avec « Révèle-toi à travers ta discipline », avec tous les documents dedans et ça me sert très souvent.

E.

Parfait ! Justement centrons-nous un petit peu plus sur ton livre plutôt que sur les étapes de la création. On disait qu’il est composé de témoignages, d’illustrations. C’est un tout petit témoignage celui-là ce n’est peut-être pas le meilleur des exemples.

 

Est-ce que tu veux nous en parler un petit peu plus en détail ? De quoi il parle et à qui il se dirige ?

L.
C‘est un livre que j’ai écrit suite à un Burn Out que j’ai fait dans mon sport en 2018. Je suis compétitrice depuis une dizaine d’années en CrossFit et j’ai complètement explosé. Il y a 6 ans maintenant. Et j’ai mis vraiment plusieurs années à me remettre de ce Burn Out-là. Et l’année dernière, le fait d’avoir fait une pause dans mon travail parce que je suis infirmière à la base, donc je me suis reconvertie. Le fait d’avoir fait pas mal de formations sur la gestion du stress, d’avoir été accompagnée par un par un préparateur mental et d’avoir fait un gros travail d’introspection personnel, et bien ça m’a donné envie d’écrire pour expliquer le cheminement qui m’a permis de guérir de ce Burn Out-là. C’est ce qui raconte ce livre. Il n’est pas adressé qu’aux sportifs. Il est pour tout le monde. Le sport dans ce livre c’est un prétexte finalement pour expliquer qu’une discipline, quelle que soit la discipline, qu’elle soit sportive ou pas d’ailleurs, un hobby ou autre chose ou un projet professionnel… Ça nous engage mentalement, ça nous engage émotionnellement, physiquement. Et si on n’est pas solide derrière bah on peut s’effondrer. Mais c’est aussi ça qui nous fait grandir. Moi c’est ce que j’en tire et c’est l’idée du livre. C’est que toutes les épreuves qu’on traverse, c’est un apprentissage et ça nous permet de devenir résilients et encore plus forts pour affronter la vie. Je ne sais pas si je suis très clair. Mais du coup c’est l’idée du livre.
Donc ça parlera à tout le monde. Ma grand-mère elle a 92 ans, elle a lu le livre, elle l’a adoré alors qu’elle n’a jamais fait de sport de sa vie. Parce que c’est vraiment l’allégorie de la vie quoi. La vie c’est les hauts, c’est les bas, c’est les épreuves, mais si on lâche, pas si on n’abandonne pas, si on est déterminé, on ira encore plus loin. Tout le monde peut s’y retrouver dans ce livre. Même si les témoignages sont, pour le coup, des sportifs. On peut tous s’identifier à eux quand même.

E.
D’ailleurs les commentaires que tes premiers lecteurs ont laissés sur Amazon transmettent bien cette idée que, peu importe, ce n’est vraiment pas un livre sur le sport, c’est un livre sur le bien-être et le cheminement surtout.

L.
Oui ! C’est comme un guide.

E.
Très bien est-ce que tu avais autre chose à ajouter, peut-être un conseil à donner à ces auteurs qui nous regardent ? Souvent ce sont des auteurs qui n’ont pas encore autoédité, qui sont encore à l’étape un peu avant, juste avant que tu me rencontres. Ou alors qui ont fait des mauvaises expériences avec l’autoédition ou des éditions à compte d’auteur. Est-ce que tu as un conseil à leur offrir ?

L.
Oui. Moi-même je me suis rendu compte que ça m’a donné confiance en moi. J’ai envie de dire, qui ose gagne (RIRE). Il ne faut pas avoir peur d’essayer parce que, quel que soit le résultat en fait, moi ça m’a permis de mieux connaître ce milieu-là. Et ça m’a donné confiance pour peut-être écrire d’autres livres aussi. Je n’ai rien perdu, au contraire. C’est que du plus. Je pense que quand on a envie d’écrire un livre, il ne faut pas se dire : « ah mince, je n’ai pas d’éditeur donc ça ne vaut pas le coup ! » C’est dommage parce que, on a tous des choses à exprimer. Les maisons d’édition classiques elles ont beaucoup de manuscrits, etc., donc l’autoédition c’est un moyen de s’accomplir aussi. De faire prendre vie ce projet-là et qui vaut autant le coup qu’un autre livre qui serait édité par une maison classique. Je pense qu’il ne faut pas avoir peur. Faut y aller, on ne sait jamais franchement. Moi c’est une vraie fierté de m’être autoéditée, d’avoir écrit, d’avoir été au bout. Franchement, je suis hyper contente, je suis très fière et si c’était à refaire je le referais sans hésiter. N’ayez pas peur !

E.
Très contente de t’entendre dire ça c’est positif et effectivement c’est assez thérapeutique quand même. Surtout là, pour toi en tout cas, tu avais écrit dans une période importante de ta vie et souvent c’est la finalité, c’est un peu la continuité, voir la finalité. C’est bon maintenant… et tu passes à une autre étape. Le livre souvent c’est « hop », on accouche un peu du bébé et ensuite et bien on peut faire, soit un autre bébé, soit passer carrément à autre chose et passer une autre étape de notre vie.

L.
Complètement. Il ne faut pas hésiter à se faire aider ou en tout cas à se lancer. C’est ça, on a tous quelque chose à montrer aux autres. Il n’y a pas de mauvais, de mauvais auteur, je ne pense pas. Que des gens qui ont des choses à dire, il ne faut pas se sous-estimer. Il ne faut pas avoir peur, faut y aller et puis voilà, on sera toujours fier de soi.

E.
Et lisons ton livre du coup pour se motiver à aller jusqu’au bout et se révéler ou se relever.

 

L.

C’est ça. Se relever ou se révéler. Comme on veut, les deux sont possibles.

Conclusion - Remerciements

E.

Merci beaucoup Louise pour cet échange, c’est très intéressant. Merci pour les auteurs qui nous regardent et que tu auras certainement motivés.

 

L.

J’espère. C’est le but.

 

E.

Je te souhaite une super bonne continuation, que ce soit pour la poursuite de la vente et de la propagation de ce livre, de ton message et puis aussi certainement d’autres livres je l’espère pour toi.

 

L.

J’espère aussi, c’est en cours en tout cas. On verra dans quelques mois.

 

E.

Très bien. Ah c’est génial puisque c’est encore le début, ce n’était en fait que le début d’une aventure. Oui. Je te souhaite une très bonne continuation et je te remercie beaucoup. Merci.

 

L.

Merci à toi Émilie.

 

E.

Merci à toi cher auteur autoédité ou futur autoédité, d’avoir regardé [lu] cette interview et cette vidéo. Dis-moi en commentaire si tu as apprécié ce format [type d’article] et je te dis à très bientôt. […] Peut-être que d’autres interviews suivront sur cette chaîne [ce blog] à très bientôt !

 

Emilie Varrier

Emilie Varrier

Romancière autoéditée, je soutiens les auteurs dans l'autoédition de leurs livres grâce à une méthode unique : la Co-Autoédition. Depuis 2018, mon expérience a renforcé mon savoir-faire et mon expertise de l'autoédition.

Toutes mes articles
Emilie Varrier

Emilie Varrier

Romancière autoéditée, je soutiens les auteurs dans l'autoédition de leurs livres grâce à une méthode unique : la Co-Autoédition. Depuis 2018, mon expérience a renforcé mon savoir-faire et mon expertise de l'autoédition.

Toutes mes articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher

Table des matières

Les thèmes

Guide gratuit

Toutes les étapes de la création de ton livre expliquées !
Avance efficacement dans l’autoédition de ton livre en suivant mes conseils et mes astuces.
Cela pourrait t'intéresser
Catégories

Table des matières

Guide gratuit

Toutes les étapes de la création de ton livre expliquées !
Avance efficacement dans l’autoédition de ton livre en suivant mes conseils et mes astuces.
Je n'ai pas pu confirmer ton inscription.
Tu vas bientôt recevoir un email afin de confirmer ton inscription puis je t’enverrai le guide !

Télécharge le guide gratuit de l’autoédition pas-à-pas

Note ton nom et ton adresse e-mail pour recevoir le guide dès maintenant. Par la suite, je t'enverrai des conseils et des astuces afin de te guider dans la création et la publication de ton livre.

Ton outil indispensable

GUIDE GRATUIT

Pour les auteurs qui débutent dans l'autoédition

Toutes les étapes de la création de ton livre expliquées et à suivre pas-à-pas.